Filtrer

Voici les 22 résultats

La jute et le sisal, deux matières différentes

Selon le pays duquel proviennent les sacs et selon les choix des producteurs, les sacs peuvent être en jute ou en sisal. Le choix se fait par le producteur selon plusieurs paramètres : proximité de l’usine de production et utilisation de matières premières locales (si le producteur est éco-responsable), coût, qualité, etc.

Ces deux matières présentent les mêmes avantages pour le producteur mais sont assez différentes dans leur aspect.

La toile de jute

Cette fibre est fabriquée à partir de l’écorce de jute, qui est un arbuste herbacé mesurant 2 à 4m de haut et poussant dans les régions tropicales. Leurs tiges sont fibreuses et rigides, ramifiées seulement dans leur partie haute. Les feuilles ont de fortes ressemblances avec celles de la menthe, même si elles n’ont en commun que leur forme pétiolée !

Deux espèces se partagent la production :

  • Corchorus capsularis, aussi appelé jute blanc, que l’on retrouve (quasiment) tout le temps pour les sacs à café vert.
  • Corchorus olitorius, aussi appelé jute rouge ou corète potagère ou encore jute tossa, qui est moins utilisée.

80% de la surface cultivée de jute se trouve au Bangladesh et en Inde, dans les vallées du Brahmapoutre et du Gange. La production et la transformation sont faits quasi exclusivement à la main car les productions sont généralement réalisée à petite échelle (il ne serait pas possible d’avoir un retour sur un investissement mécanique). Pour passer de la tige de jute à la fibre pour sacs, les tiges sont débarrassées de leurs feuilles et mises à macérer : on appelle ça le rouissage, il dure trois semaines, et il s’agit du même procédé utilisé pour le lin, le chanvre… Une fois la macération terminée, les fibres sont lavées, séchées, puis expédiées pour la production (de sacs en toile de jute entre autres !).

Quelques images de la production de jute :

La fibre de jute est principalement utilisée pour la fabrication de sacs d’emballage et de transport ; ses autres utilités se trouvent dans les domaines suivants :

  • le géotextile, où il permet de retenir la terre (c’est d’ailleurs un matériau qui est très couramment utilisé chez les producteurs de café en tant que pot pour les boutures et les graines).
  • le cordage.
  • le tissu d’ameublement.

Comme on l’aura remarqué, la fibre de jute n’est pas utilisé dans l’habillement. Elle est en effet trop compliquée à travailler à cause de sa forte teneur en lignine.

Les sacs en toile de jute sont souvent réutilisés pour la création de produits dérivés. Voici quelques exemples de travaux réalisés par nos clients :

(vous souhaitez voir vos créations ici : contactez-nous)

Selon les sacs, les fibres de jute peuvent être plus ou moins grossières, plus ou moins serrées…

Le saviez-vous ? A la Réunion, on appelle ces sacs des “Gonis”.

Le sisal

Le sisal (ou henequén) est le nom commun de l’Agave sisalan. Il s’agit d’une plante originaire du Mexique de la famille des Agavaceae, qui tire son nom commun de son feu port d’exportation principal, le port de Sisal. On donne le même nom à ses fibres très résistantes.

Pour extraire la fibre des feuilles de sisal, on utilise un procédé de décorticage où les feuilles ont écrasée, battues et finalement rasées de manière à ce que tout ce qui n’est pas de fibre soit éliminé (en Afrique de l’Est de l’eau est régulièrement utilisée pour éliminer les résidus). Les fibres sont ensuite séchées au soleil ou en séchoir : c’est la partie la plus importante car le niveau de qualité de la fibre dépend très fortement de son taux d’humidité.

Quelques images de la production de Sisal :

Le sisal a beaucoup d’utilisations. En voici quelques unes (la liste n’est pas exhaustive) :

  • ficelles : auparavant elle était utilisée par les agriculteurs européens pour lier les bottes de foin. Aujourd’hui on la retrouve en magasin sous formes de bobines. Elle est largement utilisée par les scouts et les éclaireurs pour assembler les constructions de mobilier des camps.
  • sacs de stockage et de transport : nos sacs de café vert sont parfois faits en sisal, probablement car la production de sisal est voisine de la production de café (Mexique, Colombie), ou tout du moins plus voisine que celle de la jute.
  • bois de chauffage et papeterie : cette fibre est un bon combustible et peut également être mélangée au bois pour la trituration (les matières synthétiques ont tendance à polluer la matière première bois).
  • construction : la fibre stabilise le béton de terre (terre crue), comme peut l’être l’acier dans du béton commun (on appelle ça le renforcement par armature).
  • jeux de tir : les cibles traditionnelles de fléchettes et de tir à l’arc sont réalisées en sisal.
  • polissage : certains disques spécifiques à certaines industries sont fabriqués en sisal.
  • vêtements : c’est plus anecdotique mais certaines minorités l’utilisent dans la confection artisanale de leurs vêtements (les Dai du Yunna, les Hmong du Laos…)
  • hamacs et chapeaux : au Mexique, on l’utilise pour réaliser ces articles typiques du pays (parasisal pour les chapeaux).

Tout comme la jute, les fibres peuvent être plus ou moins grossières, plus ou moins serrées…