Filtrer

Affichage de 1–15 sur 48 résultats

Quels sont les critères pour un bon café ?

  1. Consommer des cafés de la dernière récolte et fraîchement torréfiés. Notre atelier de torréfaction est situé à Pontarlier, à deux pas de la Suisse.
  2. Choisir une torréfaction au style moderne, respectant l’unicité des origines pour révéler au mieux les arômes.
  3. Acheter à un prix qui soit juste pour vous consommateur, pour le producteur, et pour le torréfacteur. Gare aux fausses promotions souvent mises en avant…

C’est ce que vous recherchez ? Si oui, alors c’est ce que vous retrouverez avec nos cafés ! Toutefois, il restera à trouver le café qui vous conviendra le plus et pour cela, à vous de faire votre choix parmi notre gamme de plus de 40 cafés, tous différents, tous uniques.

Quel couleur de torréfaction choisir en fonction de la méthode d’extraction ?

Nous travaillons selon les standards actuels du café de spécialité. Ainsi, nous adaptons la torréfaction de chaque café en fonction de ses caractéristiques organoleptiques ainsi qu’en fonction de la méthode de préparation pour laquelle il sera le plus adapté.

Quel café pour une machine expresso ?

Pour réaliser un espresso de qualité, nous conseillons de se diriger vers une torréfaction medium ([boutoncat txt=”voir nos cafés en torréfaction medium” url=”https://www.cafes-querry.com/cat/cafe/cafe-en-grains/?filter_torrefaction=medium”). Elle aura l’avantage de délivrer une tasse au goût typique du terroir, sans focus trop important sur l’acidité comme ce serait le cas avec une torréfaction légère préparée avec un broyeur.

Pour ceux qui recherchent un résultat plus lourd, ample, imposant, nous conseillons de choisir un café en torréfaction foncée ([boutoncat txt=”voir nos cafés en torréfaction foncée” url=”https://www.cafes-querry.com/cat/cafe/cafe-en-grains/?filter_torrefaction=fonce”). Avec une température finale plus haute de 5 à 10 degrés, la force est multipliée et la tasse gagne en franchise… mais perd en marqueurs de terroir.

Quel café pour des méthodes douces, type filtre ?

Les préparations plus lentes ont l’avantage de laisser à la mouture le temps de s’exprimer avec équilibre. Nous conseillons donc pour ce type de préparation l’utilisation de cafés en torréfaction légère ([boutoncat txt=”voir nos cafés en torréfaction claire” url=”https://www.cafes-querry.com/cat/cafe/cafe-en-grains/?filter_torrefaction=clair”). La tasse sera très expressive, et les marqueurs de terroir seront très présents et reconnaissables, permettant une dégustation unique. L’acidité sera douce et prononcée, très agréable.

Quelle est la différence entre Arabica et Robusta ?

Bien qu’on puisse les croire ressemblantes, ces deux espèces sont foncièrement différentes :

  • Coffea Canephora (commercialement appelé Robusta) possède 22 chromosomes, a besoin du pollen de ses congénères pour produire des fruits (plante allogame), et possède des cellules diploïdes (ses chromosomes sont présents par paires)
  • Coffea Arabica, quant à lui, possède 44 chromosomes, peut s’auto-féconder (plante autogame), et possède des cellules allotetraploïdes (ses chromosomes sont présents par double-paires)

Où vivent l’Arabica et le Robusta ?

Leurs lieux de vie sont également différents : le Robusta s’épanouit à des températures chaudes (température annuelle moyenne de 23°C), en plaine et au soleil, alors que l’Arabica préfère des températures plus tempérées (température annuelle moyenne de 19°C), l’altitude et l’ombrage.

C’est pourquoi à l’état sauvage on retrouve le Coffea Canephora dans les plaines d’Ouganda et le Coffea Arabica dans les forêts des hauts plateaux Ethiopiens.

Quelles sont les différences de composition des grains de chaque espèce ?

Concernant leur composition, on peut noter une forte différence dans les sucres (environ 2 fois plus dans l’Arabica) qui jouent un rôle majeur dans la réaction de Maillard et donc dans la création de composés organiques volatiles (les fameux arômes), ainsi qu’une forte différence dans la teneur en caféine (environ 2 fois plus de caféine dans le Robusta).

De par sa composition, l’Arabica sera donc la plupart du temps meilleur que le Robusta.

Quelle est la production de café par espèce ?

En 2020, la production mondiale était composée à 40% de Robusta (70 086 000 sacs de 60kg) et 60% d’Arabica (105 262 000 sacs de 60kg), source ICO.

D’autres espèces sont également produites mais les volumes sont tout à fait anecdotiques.

Quelle place pour le café dans un monde où le climat change ?

Le secteur du café fait vivre environ 125 millions de personnes à travers le monde, et pour une grande partie il s’agit d’une production de subsistance sans laquelle l’accès à l’alimentation, aux soins et à l’éducation n’est pas possible.

On note depuis quelques années maintenant une augmentation générale de la difficulté à obtenir des rendements auparavant considérés « normaux », du fait du dérèglement climatique :

  • La récurrence de phénomènes météo extrêmes augmente (sécheresses, vagues de chaleur, pluies torrentielles, tempêtes tropicales), engendrant un stress pour la plante qui altère sa capacité de production de fruits.
  • L’augmentation de la température annuelle moyenne rend des zones impropres à la production caféière (le caféier à besoin d’une température annuelle moyenne d’environ 19°C).

(Pour aller plus loin sur ce point, lire résumé du 6ème rapport du Groupe 1 du GIEC.)

Il est éthiquement et moralement inacceptable de laisser les populations productrices à leur sort, et c’est pourquoi plusieurs centres de recherche agronomiques tentent de trouver une solution pour que le marché ne s’effondre pas du fait de la raréfaction de l’Arabica.

Dernièrement, le CIRAD a rendu a un rapport sur l’espèce Coffea Stenophylla, qui pourrait être une alternative viable à l’Arabica pour tout le marché ; en effet, cette espèce se cultive à une température annuelle moyenne de 25°C (+2°C par rapport au Robusta, +6°C par rapport à l’Arabica) et possède des caractéristiques organoleptiques « dignes d’un Arabica haut de gamme » (lire Redécouverte d’une espèce de café au goût subtil et adaptée à un climat plus chaud).

Quel est le temps de conservation du café ?

En tant que produit sec, on considère que s’il est conservé dans de bonnes conditions (à l’abri de l’humidité et à une température stable), il n’y a pas de limite à la conservation du café. C’est pourquoi vous retrouverez toujours une Date limite d’utilisation optimale et non pas une Date limite de consommation.

Toutefois, les grains perdront leurs arômes au fur et à mesure du temps, du fait de l’effet de l’oxygène et de l’humidité ambiante, alors mieux vaut consommer un produit fraîchement torréfié !

Quelle est la meilleure période pour consommer son café ?

Nous vous conseillons de le consommer dans les 30 jours suivant sa torréfaction, car c’est la période pendant laquelle les arômes sont le plus présent. Au-delà de cette période, le café sera toujours bon mais il perdra de sa complexité.

Chez Cafés Querry, nous faisons le choix de torréfier très régulièrement (3 à 5 fois par semaine suivant la période de l’année, à raison de 5h par session) pour vous offrir un café toujours frais.

Comment conserver les grains de café ?

Pour conserver au mieux votre café en grain, il convient de le stocker fermé dans son emballage d’origine en ayant pris soin de vider au maximum l’air à l’intérieur du paquet pour limiter le phénomène d’oxydation. Ensuite, le mettre dans un endroit frais et sec, jusqu’à la prochaine utilisation.